Westhoffen

Capitale de la Cerise d'Alsace

Westhoffen d’hier à aujourd’hui

Le nom de Westhoffen est mentionné pour la première fois en 732. A cette époque le site se composait de “la ferme Ouest”(West) d’une ancienne villa romaine située à Kircheim, villa dans laquelle l’usage situe un palais royal mérovingien, et plus au Sud, le long du Kohbach, d’une autre ferme appartenant à l’abbaye de Marmoutier. Les textes mentionnent que ces fermes fournissaient essentiellement en vin leurs propriétaires respectifs, notamment l’abbaye de Wissembourg et celle de Marmoutier. De cette époque il nous reste la Rosenbourg(XIème siècle), un donjon fortifié de la possession de Marmoutier transformé au XIXème siècle en habitat rural, et quelques vestiges de l’église Saint Erhard (XIIème siècle) dont le chevet roman est encastré dans le mur d’enceinte.

A partir de 1236, Westhoffen appartient au Saint Empire, et en 1302, la localité est donnée en gage à la famille de Lichentberg, qui avec leurs successeurs les Hanau-Lichtenberg resteront les seigneurs des lieux jusqu’à la Révolution. Le blason de westhoffen est ainsi directement inspiré du sceau des Lichtenberg : Un heaume au cimier en col de cygne. A cette époque (1250) débute la construction de l’église Saint Martin, une des rares églises-halles de l’époque gothique, qui fut profondément remaniée et agrandie au XIXème siècle, lui donnant ainsi une allure extérieure néo-gothique alors en vogue

.

Lorsqu’en 1332, Westhoffen fut élevée au rang de ville d’empire, on édifia l’enceinte fortifiée qui enserre encore de nos jours la totalité du centre ancien ou Staedtel; et dont les portes ont malheureusement disparu. En 1545, les Seigneurs de Hanau-Lichtenberg optent pour le culte réformé sur l’ensemble de leurs possessions. De la fin du XVème siècle jusqu’en 1637, la population de Westhoffen qui comptait déjà près de 1200 habitants, est décimée par la peste.

Pour le repeuplement, des immigrants arrivent principalement de Suisse et parmi eux la famille Burri qui édifia une tannerie ainsi que la maison de style renaissance allemande flanquée d’un remarquale oriel au N°29 de la rue Birris (Déformation de Burri). On retrouve à travers le centre ancien de nombreuses autres constructions et éléments architecturaux d’époque (fin XVIème, milieu XVIIème siècle), notamment des portails en arc de cercle, certains richement décorés.

A partir de la seconde moitié du XVIIIème siècle, les constructions adoptent un style plus imposant, suivant ainsi l’évolution de l’agriculture et de la viticulture. On peut admirer la maison n°6 rue de la liberté, et le Rhebof, berceau familial du général Scherb, officier d’empire sous Napoléon 1er.

L’esprit de tolérance des seigneurs de Hanau-Lichtenberg permit à Westhoffen de compter parmi les siens, l’une des plus importantes et des plus anciennes communauté juive d’Alsace, qui s’est largement dispersée à partir du XIXème siècle pour ne plus compter que quelques personnes de nos jours. De cette communauté sont issus quelques personnages et familles illustres, notamment Léon Blum et la famille Debré. Il nous reste de cette communauté une synagogue néo-orientaliste du XIXème siècle(restaurée depuis peu) et un ancien cimetière.